« C’est un honneur d’être sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs, » dixit Jim Carrey, ovationné par les spectateurs venus découvrir son nouveau film – une Å“uvre que la présentation officielle n’a pas hésité à qualifier de « film de réalisateurs, certes, mais également film d’acteurs ». De là à dire que le tandem Jim Carrey / Ewan Mc Gregor dame le pion aux jeunes réalisateurs Glenn Ficara et John Requa et que la présence du film dans la Quinzaine des réalisateurs relève de l’abus de langage, n’exagérons pas. Carrey et Mc Gregor campent ici respectivement Steve Russell, arnaqueur extraordinaire, et de Phillip Morris, dont Steve est éperdument amoureux. Comme Loach, les réalisateurs délaissent le pathos pontifiant pour le comique débridé, et il faut admettre que si le film délaisse de fait les problématiques sociales liées à l’homosexualité, l’approche adoptée par les réalisateurs – celle d’une histoire d’amour fou – fonctionne plutôt bien – avec cependant quelques lourdeurs. Carrey, quant à lui, confirme sa capacité à juguler son talent burlesque pour construire, comme dans Eternal Sunshine of the spotless Mind et The Truman Show (les deux films les plus chers à son cÅ“ur, selon ses propres termes), la figure double du personnage jouant à être un acteur, et de l’acteur toujours obligé de jouer un personnage, et la nécessité vertigineuse du mensonge comme part de la comédie.